Publié par 050004 le

TROIS MANIERES DE VOIR LA SANTE

Ayant toujours eu un regard critique mais le plus global possible, je m’intéresse à plusieurs versions / définitions de ce que peut représenter la SANTE pour les personnes autour de moi, et pour moi. 

Je vais commencer par la définition du dictionnaire médical de l’académie de médecine – version 2020, qui s’appuie elle-même en partie sur la définition de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) :

Santé 

« La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ».
Cette définition est celle du préambule1 de 1946 à la Constitution de l’organisation mondiale de la santé (OMS). Elle n’a pas été modifiée depuis.
 A l’origine, état satisfaisant des fonctions physiques et mentales d’une personne.
 Aujourd’hui, conditions bonnes ou mauvaises dans lesquelles s’exercent les fonctions d’un organisme vivant, compte tenu des variations de son milieu, de son âge, etc.
 La première acception est statique et synonyme de bonne santé.
La deuxième acception est dynamique et se réfère à l’obligation faite à l’homme de s’adapter en permanence aux changements de son environnement physique, social, professionnel et aux étapes de sa vie. Les possibilités adaptatives propres aux êtres vivants caractérisent la santé et la maladie. Par analogie, on applique le terme santé également aux animaux et aux plantes.

Également l’OMS précise que :

La santé mentale englobe la promotion du bien-être, la prévention des troubles mentaux, le traitement et la réadaptation des personnes atteintes de ces troubles.

La santé maternelle prend en compte tous les aspects de la santé de la femme de sa grossesse, à l’accouchement jusqu’ au postpartum. Si la maternité est souvent une expérience positive et satisfaisante, elle est, pour trop de femmes, synonyme de souffrance, de maladie et même de mort.

Les enfants sont susceptibles d’être victimes de malnutrition et de maladies infectieuses, qu’il est souvent possible de prévenir ou de traiter efficacement. Les nouveau-nés sont particulièrement vulnérables.

On pense souvent que les adolescents, c’est-à-dire les jeunes entre 10 et 19 ans, forment un groupe de la population en bonne santé. Néanmoins, nombre d’entre eux meurent prématurément des suites d’accidents, de suicides, d’actes de violence, de complications liées à la grossesse et d’autres maladies que l’on pourrait éviter ou traiter.

Beaucoup plus encore souffrent de maladies chroniques et d’incapacités. En outre, de nombreuses maladies graves à l’âge adulte trouvent leur origine à l’adolescence. Le tabagisme, les infections sexuellement transmissibles, dont le VIH, les mauvaises habitudes alimentaires ou la sédentarité par exemple entraînent à un stade ultérieur de la vie une morbidité et des décès prématurés.

Le fil rouge de mon approche se base sur les lois du vivant. Des lois immuables et pourtant méconnues. Sans le savoir, jusqu’à il y a peu, je me consacre à des principes qui me paraissent du bon sens ! L’hygiénisme en partie, la loi de l’hormèse ainsi que des pratiques pour « transformer » sa vie et accéder à la pleine santé sur les plans physique, mental, émotionnel et spirituel.

Hygiénisme

L’Hygiénisme est une conception simple et révolutionnaire de la santé, née aux États-unis au début du 19ème siècle, à l’initiative de médecins dissidents. Ses principes ont été affinés au 20ème siècle grâce au travail magistral du Dr Herbert Shelton (Dr en biologie et en philosophie) qui a fait de toutes les connaissances scientifiques éparses une magnifique synthèse des lois de la vie.
Cette conception est révolutionnaire au sens noble du terme parce qu’elle est aux antipodes des modes de pensée habituels, lesquels ont engendré la diversité extraordinaire des systèmes médicaux. L’Hygiénisme, au contraire, nous enseigne la vanité de la recherche ou de l’utilisation de remèdes ou toutes sortes de thérapies.

L’hygiénisme nous permet de comprendre que : Tout est régi par des lois naturelles. D’où l’importance de connaître les lois de la vie et celles qui régissent l’espèce humaine en particulier.

Dans la fabuleuse organisation de la vie interne cellulaire, il n’y a pas de place pour le hasard. […] Notre organisme, et lui seul, possède la prérogative de nous sortir du désordre (maladie) par son propre pouvoir d’auto-guérison sous réserve que l’on supprime l’origine du déséquilibre.

Il existe un lien de continuité et d’évolution entre les différents états pathologiques : aigus, chroniques et de dégénérescence. Contrairement à la médecine officielle qui traite les symptômes,
l’hygiénisme nous dit : supprimer la cause et l’effet disparaîtra.

L’hygiénisme est donc un enseignement tiré directement de la vie, par l’observation de ses Lois. C’est le plus précieux bagage culturel auquel un homme sain d’esprit puisse rêver, car il permet de vivre libre et autonome de l’enfance jusqu’au soir de la vie. En un mot, c’est un véritable art de vivre.
L’Hygiénisme enseigne les principes de base pour tous, mais chacun doit doser chaque facteur de santé selon son propre pouvoir d’assimilation pour devenir ainsi l’artisan de sa santé.

Loi de l’Hormèse

(Dictionnaire médical de l’académie de médecine- version 2020)

[…]L’hormésis est un phénomène biologique très général mettant en jeu les mécanismes de défense de l’organisme devant une agression sur les cellules, les processus de vaccination en sont un exemple. Les radiations ionisantes entraînent dans les cellules, la formation de radicaux libres toxiques. L’hormésis excite les mécanismes naturels de défense contre les radicaux libres formés en permanence à l’occasion des multiples agressions, notamment chimiques.
L’existence de l’hormésis montre que l’hypothèse d’un effet toxique proportionnel à la dose n’est pas valable pour les petites doses inférieures au seuil toxique (de l’ordre de plusieurs dizaines de sieverts pour les radiations).(M. Southam, virologue et J. Ehrlich, biologiste américains (1943))

Ce qui est intéressant dans ce terme, c’est également son étymologie… du grec ancien hormaô : se mettre en mouvement, s’exciter, se préparer…

En d’autres termes, tout organisme vivant, exposé à un stimulus stressant ne dépassant pas sa capacité d’adaptation, voit cette dernière s’améliorer lors de la phase de repos qui suit.  L’hormèse, c’est le processus de « renforcement » de l’organisme, par l’exposition progressive et la répétition.

Avant toute chose, il est important de bien noter que le principe de l’hormèse ne s’applique que dans le cas où la dose de toxine, ou d’agent stressant, ne dépasse pas la capacité adaptative de l’individu qui y est exposé. Cette capacité adaptative varie d’un individu à l’autre en fonction de paramètres comme la génétique ou encore l’épigénétique.

Dans un premier temps, face à une faible dose d’élément stressant, l’organisme va subir l’attaque et en pâtir. Puis, en augmentant progressivement la dose, il va réagir et s’adapter. Enfin, plus la dose sera importante, plus le phénomène de dégradation reprendra ses droits.

Au quotidien, en dehors de l’idée de renforcement musculaire, bien connu des sportifs, les phénomènes d’adaptation à la fatigue, à la faim et au froid sont essentiels pour forger notre biologie et être les garants de notre bonne santé physique et mentale. C’est pourquoi, il est important de recréer artificiellement ces stress dans notre quotidien afin d’être en phase avec nos besoins biologiques qui ne sont plus satisfaits naturellement dans notre environnement moderne.

A contrario, des phénomènes de stress permanents sont présents et non essentiels et perturbent la nécessité de mise au repos indispensable à la création de l’adaptation du corps. Nous sommes sur-stimulés d’un côté et à la recherche permanente de confort de l’autre… Un large déséquilibre à l’origine de notre santé perturbée…

Dans cette démarche je vous propose de me suivre sur :

mon groupe privé facebook https://bit.ly/aventuriers_ABE

et ma chaine youtube https://bit.ly/YT_ABE

Vous pouvez aussi prendre RDV avec moi ici : https://bit.ly/RDV_ABE

pour évaluer ensemble vos besoins de pleine santé et choisir un accompagnement cohérent en fonction de vos besoins.

Catégories : Santé